ACCEM organise une campagne de formation en maraichage

Dans le cadre du projet « Mon jardin pour nourrir Nouakchott » ACCEM organise actuellement une formation sur les technique de production maraicher en milieu urbain au profit de 45 bénéficiaires issue de 3 communes à savoir la commune de Elmina, d’Arafat et de Riyadh au niveau de la ferme situé au Pk11 dans la zone d’Elmina.

Nous croyons fermement que l’agriculture urbaine est l’avenir de notre ville. Non seulement cela améliore la sécurité alimentaire, mais cela favorise également une connexion plus profonde avec la nature et réduit notre empreinte écologique. Nous voulons que chaque résident de Nouakchott puisse avoir accès à des aliments frais et sains qu’ils ont cultivés eux-mêmes. »

L’emplois verts, L’entrepreneuriat au service de l’environnement

  • Objectif(s) du projet :

L’action se fixe trois objectifs globaux :

  • Créer des emplois pour les jeunes afin de réduire le chômage et de promouvoir l’entreprenariat local et la culture de leadership dans la Cité de sebkha.
  • Préserver l’environnement en mettant des espaces verts, en recyclant les déchets et en sensibilisant les citadins et la périphérie aux risques environnementaux.
  • Renforcer le dialogue et la concertation entre jeunes sur leurs enjeux et leurs solutions dans la Cité.

Pour cela, elle se fixe les objectifs spécifiques suivants :

  • Formation de 20 jeunes sur l’entreprenariat local et les techniques de pépiniéristes    écologiques.
  • Mise en place d’une petite unité de pépinière écologique gérée par les jeunes en GIE.
  • Aménagement de 1 espace vert dans une école publique par approche participative.

Le projet « Mon potager pour nourrir Nouakchott »

Le projet « Mon jardin pour nourrir Nouakchott » a pour objectif de promouvoir la production agricole respectueuse de l’environnement tout en autonomisant les populations grâce à la mise en place de micro-jardins urbains et périurbains. L’initiative vise également à renforcer les liens communautaires en favorisant la participation active des habitants. Les micro-jardins offrent un espace où les gens peuvent se réunir, échanger des connaissances et partager des ressources. Cela favorise la cohésion sociale et renforce le tissu communautaire

Les grandes activités prévues par le projet sont les suivantes :

  • Formation et accompagnement de 45 jeunes, surtout femmes sur les techniques agricoles urbaines hors sol, les techniques de conservation et de transformation des produits postes récoltes et les techniques de production de fourrage en hors sol et qui permettra aux éleveurs d’adopter une nouvelle forme d’élevage urbain sans divagation
  • Mise en pratique d’exploitations pilote (Ferme école) 400m² en hydroponique en circuit fermé avec réutilisation d’eau pour les cultures en hors sol
  • Mise en place de 2 boutiques de ventes des produits maraichers avec l’emblème Consommons ce que nous produisons.
  • Organisation d’une foire d’échange et de capitalisation sur l’agriculture urbain et ses enjeux pour un avenir meilleur

Commune d’intervention : Riyadh, Elmina et Arafat (Nouakchott Sud)

Démarrage : Juillet 2023 pour 12 mois

Atelier lancement du projet « mon jardin pour nourrir Nouakchott »

Le Samedi 05 Aout 2023, ACCEM (Association pour la culture citoyenne et de l’environnement en Mauritanie) a organisé l’atelier de lancement du projet « Mon jardin pour nourrir Nouakchott »  dans le dans le cadre du fonds d’appui de l’AFD du programme SAMIM, l’atelier a pu réunir plusieurs personnalités dont les maires de Riyadh et d’Elmina, la vice presidente du conseil régional, 2 député, la délégation de l’agriculture, Ecodev, d’autre partenaires techniques, les membres de plusieurs associations et de quartier, entre autres. Après la présentation de l’association et du projet, plusieurs interventions ont pu être échangé avec les jeunes et une stratégie de mise en place de plateforme d’échange entre jeune a été annoncé dans le but d’éviter les chevauchements des activités et des interventions des OSC. ACCEM veut être le pionner dans ces communes dans le cadre de concertation entre jeune et la création des actives pour la population.

Au terme de la présentation du projet, des séances de questions réponses ont permis aux participants de mieux comprendre les éléments exposés et d’apporter leurs contributions.

 La question de la signification du concept de jardins communautaires, le problème de la superficie des jardins communautaires, la maitrise de l’eau ont animé les débats., la formation des jeunes sans emploi ont été également abordés. Par ailleurs, l’absence d’une définition des caractéristiques d’une population urbaine pauvre prise en compte dans le projet a été soulevée. Aussi faut-il ajouter les questions liées à la cohérence des activités du projet, à l’ancrage du projet avec les programmes similaires, la méthodologie pour la réalisation du projet, la durabilité du projet, la clarification des partenaires associés au projet. D’autres inquiétudes tournaient autour de la sécurisation des terres destinées à l’installation de cultures maraichères.

 

Suite à ces questions, les communicateurs sont intervenus pour apporter des réponses. Pour la sécurisation des terres destinées à l’agriculture urbaine, il a été mentionné que cela relevait du ressort des autorités communales et qu’une synergie des différents acteurs permettra de réfléchir sur la question et de formuler des solutions. Les questions relatives au projet ont été adressées par le président de ACCEM qui a apporté des clarifications quant au champ précis visé par le projet. La durabilité du projet a été également l’une des questions bien adressées dans le document de projet qui prévoit des formations spécifiques aux différents acteurs pertinents à l’utilisation de l’outil de sélection de site. Enfin, le projet a également prévu une politique efficace de partage des connaissances générées par le projet.

    Conclusion et recommandations

Le président de l’ONG ACCEM, Mr Diakhite Alioune, a remercié les participants pour leur déplacement et pour les efforts déployés pour permettre la réussite de cet atelier. C’est sur ces mots qu’il a mis fin a l’atelier de lancement du projet d’amélioration de la sécurité alimentaire (Mon jardin pour nourrir Nouakchott) grâce au développement de jardins communautaires à Nouakchott.

 

Formation de vingt (20) jeunes sur jardinage ornementale

Dans le cadre de financement de Goethe Institut, avec le programme « Ensemble pour l’environnement », ACCEM a organisé 4 session de formation dont

  • Technique de communication et de prise de décision
  • Formation en entrepreneuriat et marketing
  • Technique de mise en place de pépinière écologique
  • Formation sur le jardinage et la poterie

Cette activité phare du projet à permis de former les apprenant sur les technique de poterie moderne et sur les technique de jardinage. Les bénéficiaires étaient très content pour cette phase de formation et ont permis de dégager des nouvelles approches pour la mise en place du GIE.

Résultats de la formation :

  • Participation de 25 jeunes dont 18 femmes dans les quatre sessions de formation
  • Les jeunes bénéficiaires des formations ont manifesté un besoin de formation en maraichage et agriculture urbain pour plus de connaissances dans leurs quartiers d’origine et au-delà
  • Un groupe WhatsApp est créé pour les jeunes pour partager des informations en rapport aux formations et la mise en place du GIE

ACCEM en Action…..du Cinema

Dans le cadre des activités audiovisuels, ACCEM avec ces partenaires ont pu réaliser plusieurs types de vidéo qui sont à ce jour diffusé sur le net via les réseaux sociaux. Il faut noté que les restrictions du au évènement du Covid19 ont ralenti à plusieurs reprises les activités d’audiovisuel et les rencontres aussi n’ont pas été facile souvent sur le terrain. Malgré tout cela, ACCEM a pu atteindre les objectifs prévus :

  • La réalisation d’un mini séries de 4 épisodes sur le PRV
  • La réalisation des Clips vidéos
  • La réalisation de mini documentaire

Tout ceci est consultable sur la chaine Youtube d’ACCEM (Accem Mauritanie)

Organisation de 3 manifestations culturelles sur la cohésion sociale et la PRV dans les quartiers d’interventions

ACCEM a organisé 3 manifestations culturelles dans 3 quartiers de la ville à savoir Riyadh, Arafat et Elmina sur la thématique PRV et la cohésion sociale. Ces activités se sont déroulées dans un environnement de calme et joie et ont permis de faire participes plus de 76 artistes venant de tous horizons dont :

  • Des One man show
  • Des groupes de comédiens
  • Des troupes de théâtres
  • Des groupes de rappeurs et chanteurs
  • Des groupes de danseurs
  • Des animateurs et des imitateurs

 

Le tableau suivant estime le nombre de jeune mobilisé durant les différentes manifestations organisés par ACCEM dans les différents quartiers

Quartiers Nombres d’artiste Nombres estimés des participants Taux des femmes
Riyadh 38 340 30%
Arafat 29 425 28%
Elmina 27 740 35%

Le comptage est des estimations effectués par l’équipes Accem pendant les évènements. Pour plus de clarté, nous vous invitons de regarder notre chaine YouTube ou notre site web www.accemauritanie.com ou sur ACCEM Mauritanie sur Youtube

Difficultés rencontrées :

  • Autorisation par les autorités plus possibles depuis la pandémie, il faut négocier avec la police
  • Mobilisation de certains artistes et leurs exigences
  • Les désordres semés par certains types de jeunes surtout à Arafat

Résultats des ateliers

  • Forte mobilisation des jeunes, plus de 1500 personnes
  • Forte mobilisation des artistes en réponse à la thématique
  • Le message atteint aux participations grâce à certains jeux organisés pour le public

Table ronde & débats en entre jeunes

ACCEM à organisé 12 tables rondes d’échange et de débat entre jeune sur les thématiques en rapport avec le PRV et la cohésion social ont été réalisé malgré les conditions de covid19. Ces tables rondes ont étés réalisé avec des personnes ressources sur les thématiques de la jeunesse et les problèmes que rencontre dans la cité. Ces tables rondes sont des occasions pour les jeunes de s’exprimer et donner leur avis sur leurs quotidiens et proposer des solutions selon leurs approches et visions afin d’améliorer les conditions de ses derniers. Le genre est prit en compte dans les compositions des rencontres ainsi que les animations. A chaque table ronde ACCEM met en place un responsable d’animation et une équipe pour les prises de vue dans le but, apres le montage, les faires diffusés sur internet via les réseaux sociaux d’ACCEM. A ce jour, plusieurs association sollicite ACCEM pour faire des rencontres dans ce genre afin de contribue de prêt et de loin à la lutte contre de PRV et diffuser la culture de la tolérance. Ces rencontres ont permis de mettre en place des clubs d’échanges, d’écoute et de debats sur les problématiques de la jeunesse et les solutions pour en faire face. Les restrictions réduisent actuellement les rencontres des clubs, ACCEM, par son expérience permet ces rencontres même après projet

Formation de 30 femmes sur la prise de parole et l’art plastique

C’est l’une des activités phare du projet du projet Corim, elle compté regrouper plus de 30 femmes pour une série de formation en 2 étapes :

  1. En prise de parole et les techniques de communication
  2. En art plastique

Une phase de recrutements fut lancée à la période de l’atelier de lancement en ligne, qui permettait à chaque jeune de postuler et suivant les critères, il fallait choisir 30 femmes pour la formation. Plus de 238 femmes ont postulé à la formation d’origine de plusieurs quartiers dont les plus importants sont issues des trois quartiers d’intervention du projet (Riyadh, El mina et Arafat).

Après avoir identifié les bénéficiaires des formations, une réunion fut organisé par ACCEM pour organiser la campagne de formation et fixer le calendrier des sessions de formations. Ces formations sont réalisées par des consultants recrutés par ACCEM suivant des TDR prédéfinis avant la signature des contrats. Le choix des consultants était sur la base de consultations avec des personnes ressources et des recommandations.

Les formations ont débuté le 20 octobre pour 5 jours sur la prise de parole et les techniques de communication. Cette formation avait comme objectif :

  • Faire connaitre les techniques de la communication (Ecrit et orale)
  • Le développement personnel
  • Avoir les outils pour pouvoir persuadé
  • Savoir convaincre en public
  • Savoir écrire un discours et de l’exposé en public

Après la Formation de prise de parole, la formation en art plastique a démarré le 28 Octobre pour une durée de 10 jours avec un consultant en art plastique reconnu en milieu des artistes. Juste avant la formation, tous les équipements et fournitures nécessaires pour le bon déroulement de la formation furent acheter dans le but d’assurer une formation de qualité.

 

 

Résultats des ateliers

  • 33 femmes ont participé à toutes les modules de formations et ont contribué à la création des tableaux
  • 53 tableaux ont été peint par les bénéficiaires de formations
  • Les tableaux ont été exposé dans 3 endroits différents
  • Plus de 300 personnes ont participés aux expositions des tableaux dans les différents endroits
  • 33 artistes sont créées par le projet et qui sont prêtes à mettre leurs connaissances à l’œuvre